Avancées sur notre doctrine d’emploi.

Élections en ARS. VOTEZ … VOTEZ UNSA, SMISP-UNSA
samedi 11 juin 2016
popularité : 3%

Dans quelques jours auront lieu les élections pour les instances vous représentant dans les ARS.
En complément des informations UNSA générales, voici un point sur l’avancée des dossiers plus spécifiques au MISP

PENSER L’AVENIR DU METIER

Il y a un an, nous avons rencontré Joël Blondel , le DRH et Pierre Ricordeau, le SGMAS pour leur faire part de notre inquiétude radicale sur l’avenir du corps, que la chute démographique amorcée et qui va s’accélérer rend évidente et presque palpable, tant elle s’exprime par une tension majeure sur nos agendas quotidiens. Nos interlocuteurs sont restés l’arme au pied pendant 8 mois. Il a fallu que nous rédigions un document appelant à une véritable refondation de la profession (ou alors, on assume proprement une mise en extinction du corps …), document sur lequel vous avez été consulté en novembre dernier et que nous avons transmis au SGMAS pour que la situation se débloque enfin et que le dialogue s’engage (lire le dossier).

REFONTE DU DISPOSITF DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION

Un groupe de travail s’est réuni. Nous avons choisi de traiter l’urgence, et de donner la priorité à la refonte du recrutement et de la formation initiale en vue du concours programmé pour l’automne 2016 qui interrompt la menace inscrite dans l’absence de concours en 2015 contre laquelle nous nous étions élevés.

Nous avons obtenu un concours plus simple (une sélection sur dossier et entretien oral, pour des bac + 10 avec expérience professionnelle ...), une formation initiale axée sur les apprentissages directement opérationnels et pour les nouveaux qui n’auraient pas la qualification en santé publique, l’enclenchement d’un processus de formation permettant d’accéder à cette qualification en 3 ans après titularisation. Les nouveaux MISP stagiaires entreront en formation début janvier 2017.

OUVERTURE D’UN CHANTIER STATUTAIRE GLOBAL DE REFONDATION

Evidemment, si l’amélioration du recrutement et de la formation initiale ne peut pas nuire, il faut maintenant s’attaquer aux sujets de fond, ceux qui commandent l’attractivité du corps et là aussi, il y a urgence car nous perdons actuellement 30 à 40 MISP par départ en retraite ou quittant le secteur de la santé par an.

Nous appuyant sur la lettre de Marisol Touraine (lire ici la lettre et là la réponse de la fédération UNSA Santé / Cohésion sociale), nous avons immédiatement demandé l’ouverture d’un chantier de refonte statutaire. Une première réunion de cadrage avec le cabinet est programmée.

A notre programme, 3 axes :

- l’actualisation et la précision de nos missions, dans une logique d’adéquation mission-moyens. Nous voulons obtenir un affichage clair d’un effectif-cible global avec, en regard des missions en rapport,

- une revalorisation de notre rémunération de base, destinée à combler le fossé entre MISP et MC et PH notamment. Il s’agit de nous donner une chance d’être un peu compétitif sur un « marché du médecin » extrêmement tendu dans lequel la rémunération est un facteur clef (matériel et symbolique) d’attractivité. Nous reparlerons donc du HED et de la linéarisation de la carrière. Les astreintes font également l’objet de nos inquiétudes.

- une reconnaissance de notre positionnement scientifique et médical et sur ces points nous ne nous contenterons pas de paroles lénifiantes ni de promesses … Notre revendication porte sur le RIFSEEP : nous voulons que les primes des MISP puissent dépendre soit du niveau managérial, soit du niveau d’expertise technique. Et cela à égalité : l’expertise doit être prise en compte à la même hauteur que le management !

Nous n’oublierons pas de réclamer le règlement de la situation des anciens MIR et CSZ dont la situation est gérée d’une façon indécente.

Il s’agit, à notre sens, d’une négociation de sortie de crise. Depuis la création des ARS, notre situation professionnelle se dégrade d’année en année. Pratiquement aucune de nos revendications n’a été prise en compte. De promesses non tenues en groupes de travail alibis, nous avons l’impression d’avoir été baladés. Si de réelles avancées n’étaient pas obtenues avant la fin de cette année, nous nous réservons l’opportunité de lancer une action forte notamment quant à notre participation aux astreintes…

Par conséquent, VOTER le 16 juin pour les listes UNSA car vous votez pour le SMISP-UNSA et en votant pour ces listes, vous validez notre stratégie syndicale rappelée ci-dessus !
Ne pas voter c’est envoyer le signal du renoncement et de l’isolement. C’est accepter d’être traité comme un atome isolé et manipulable à merci.
Voter c’est affirmer une appartenance à un groupe de professionnels responsables et motivés, qui, quelles que soient ses inévitables limites, porte un projet commun et une solidarité vraie.

VOTEZ UNSA et donc VOTER SMISP-UNSA !
C’est voter pour le principal syndicat des MISP (5 sièges en CAP sur 6) qui défend nos intérêts collectifs et individuels sans relâche depuis toujours.
C’est voter pour un ensemble syndical puissant, où des syndicats autonomes représentants l’ensemble des corps de notre ministère (MISP, PHISP, Inspecteurs, ingénieurs et techniciens sanitaires, catégories B et C) sont alliés pour faire avancer de paire des revendications générales et catégorielles.


Documents joints

PDF - 823.1 ko
PDF - 823.1 ko
PDF - 145.4 ko
PDF - 145.4 ko

Brèves

Concours de MISP 2017

jeudi 6 avril

L’arrêté d’ouverture, au titre de l’année 2017, du concours externe et interne pour le recrutement de médecin inspecteurs de santé publique, a été publié au JO du 30 mars 2017 (lireici).
L’ouverture des inscriptions a débuté le 4 avril ; leur clôture a été fixée au 4 mai. L’inscription doit être faite par voie électronique sur le site https://inscription.sante.gouv.fr/inscription/inscription.do .

Promotions confirmées

jeudi 7 avril 2016

La note de service relative aux tableaux d’avancement au grade de médecin général de santé publique et de médecin inspecteur en chef de santé publique au titre de l’année 2016 est parue le 22 mars (lire ici). Pas de surprise : les collègues retenus lors de la CAP ont bien été promus.

Parution le 9 juin 2015 d’une circulaire relative à la composition des instances ordinales siégeant en formation disciplinaire.

jeudi 20 août 2015

Suite à la décision du Conseil constitutionnel n° 2014-457 QPC du 20 mars 2015, les représentants de l’administration devront s’abstenir de siéger au sein des formations disciplinaires des instances ordinales, afin de respecter le principe constitutionnel d’indépendance. Ils pourront toutefois continuer à siéger dans ces instances pour toutes autres matières que disciplinaires. Lire la circulaire.

L’Ordre des médecins partage les craintes du SMISP

vendredi 3 avril 2015

La crainte du SMISP concernant le respect du secret médical dans les ARS tel qu’il apparaît remis en cause dans la rédaction de l’article 47 du projet de loi relatif à la santé et qui nous avait conduit à adresser, le 18 mars, à Mme Touraine une lettre ouverte (voir l’article ci-contre) semble partager par le CNOM. Réagissant à notre sollictation, ce dernier nous a fait savoir que dès le dépôt du projet de loi en octobre 2014, il avait proposé des amendements visant à maintenir le respect des droits des patients.
Lire la lettre du CNOM.

Utilisation abusive du titre de MISP : la DRH rappelle les textes aux DG d’ARS

mercredi 4 juin 2014

Suites à nos interventions, notamment en CAP, motivées par le constat d’une utilisation quelque peu « extensive » du titre de MISP par quelques « MARS » dans certains ARS, la DRH a opportunément rappelé les textes aux DG dans une lettre en date du 2 mai 2014.
Seuls les médecins remplissant les conditions fixées par les articles 3 et 7 du décret n° 91-1025 du 7 octobre 1991 relatif au statut particulier des MISP peuvent se prévaloir de ce titre.
Cela va mieux en le réaffirmant et nous remercions la DRH pour la prise en compte de notre demande.