A la santé des 49.000 !!

vendredi 26 juin 2015
popularité : 90%

49.000, c’est le nombre de morts annuels, en France, provoquées par la consommation d’alcool. Le tabac fait, certes, pire avec 73.000 morts, mais ce n’est pas une raison …
Nos représentants, députés et sénateurs, emmenés par le sénateur de la Gironde Gérard César, ont trouvé opportun de modifier la « loi Evin » par la « loi Macron », en introduisant un subtil distinguo entre information et publicité. On nous parle de protéger la viticulture, de favoriser l’oeno-tourisme, de défendre l’emploi de 500.000 personnes … En pratique, il s’agit d’ouvrir la porte à des actions d’ « information » dont l’effet promoteur de la consommation sera d’autant plus redoutable que camouflé et, sans doute particulièrement utilisé par d’importants opérateurs économiques, plus susceptibles d’accéder aux plus puissants media que de petits viticulteurs. Et tout cela alors que la publicité pour les boissons alcoolisées est tout à fait possible, mais seulement un peu limitée. L’OCDE vient de publier un rapport “Lutte contre l’usage nocif de l’alcool : politiques économiques et de santé publique” (lire ce rapport) ; on peut y lire : “La consommation à risque est en augmentation, chez les jeunes et chez les femmes, dans de nombreux pays de l’OCDE, en partie parce que les boissons alcoolisées sont devenues plus aisément disponibles et plus accessibles financièrement, et qu’elles font l’objet de campagnes de publicité efficaces...”. Il y a quelques semaines déjà, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l’INPES dans leurs publications respectives (lire ici et ), alertaient sur l’augmentation du “binge drinking” (“biture express”) chez les jeunes : en 2014, 57 % des jeunes de 18 à 25 ans ont présenté un épisode d’alcoolisation ponctuelle importante (5 % de plus qu’en 2010) ; par ailleurs, les ivresses régulières (au moins dix par an) concernaient 10 % des jeunes de 18 à 25 ans en 2014 contre 2 % en 2005.
Mesdames et messieurs les sénateurs et députés, où est la cohérence ? Ouvrir aujourd’hui un peu plus les vannes de la consommation d’alcool après avoir, il y a quelques semaines ajouté à la loi de modernisation de notre système de santé des dispositions, assorties de sanctions pénales, destinées à lutter contre la maigreur excessive, sujet intéressant, mais qui n’a sans doute pas l’importance des conséquences de la consommation d’alcool.
A raison de 49.000 morts par an, il faut à peine plus de 10 ans pour atteindre les 500.000 qui vivraient de la consommation d’alcool. La ministre de la santé est « en colère » et déplore sans pouvoir faire grand chose, semble-t-il …
Est ce tout ce qui nous reste en santé publique : être en colère et déplorer ?
Allez, encore un effort, maintenant baissons le prix des cigarettes !!

Le conseil syndical du SMISP-UNSA


Brèves

Une nouvelle menace pour la santé publique

mercredi 12 octobre 2016

La nouvelle agence de santé publique ("Santé Publique France") vient de recevoir comme cadeau de naissance... une perte de 5 % de ses moyens financiers et humains pour 2017 alors même que les établissements qu’elle rassemble (INVS, INPES, EPRUS, ADALIS) avaient déjà subi d’importantes baisses de leurs budgets et de leurs effectifs ces dernières années. L’UNSA santé publique et le SNAPA (Syndicat national autonome du personnel des agences sanitaires) dénoncent cette mesure dans un communiqué de presse (lire ici).

Le SMISP-Info N°4 du 15 septembre 2016 est paru

lundi 19 septembre 2016

Au sommaire : "C’est la rentrée" (un point sur nos négociations avec le ministère), le concours de recrutement 2016-2017 de MISP, le DPC, et la prochaine CAP de promotion.
Lire le nouveau SMISP-Info.

Arrêt maladie : obligation de déclaration sous 48 h.

mercredi 8 octobre 2014

Un récent décret, publié au JO du 5 octobre, stipule que les fonctionnaires devront désormais respecter absolument le délai de deux jours pour envoyer à l’administration leur avis d’interruption de travail sous peine de voir leur rémunération amputée.

ANNULATION DU SEMINAIRE DE PRINTEMPS

samedi 2 mai 2009

JPEG - 2.2 ko Trop d’incertitude sur les (in)disponibilités des uns et des autres.... la grippe nouvelle a eu raison du séminaire de printemps du SMISP !

En effet la plupart des MISP sont trés mobilisés pour la veille épidémiologique et l’organisation de la lutte contre une pandémie grippale.
Impossible à ce jour de prédire la suite, mais ça risque de durer....

Le rendez vous des 7 et 8 mai à RENNES est annulé, d’autres modalités d’échanges seront prévues en préparation de notre prochaine échéance : l’assemblée générale du 24 juin 2009 (à retenir absolument dans vos agendas !)
JPEG - 917 octets

Séminaire de Marseille 18 et 19 mai 2007

dimanche 10 juin 2007

Le séminaire exceptionnel de printemps a été riche d’échanges et de découvertes... les documents et la synthèse prochainement sur ce site.

Un rayon de soleil pour patienter !
le SMISP en voyage d'étude devant le port de la quarantaine