Déclaration préalable du SMISP à l’ouverture de la CAP du 19 avril 2019.

mercredi 24 avril 2019
popularité : 96%

Cette réunion de la CAP des MISP est pour nous, tout à fait particulière pour plusieurs raisons :
- c’est la première d’un nouveau cycle après les élections de décembre 2018 et nous accueillons aujourd’hui plusieurs nouveaux représentants de la profession ;
- c’est aussi la première fois que la représentation du corps des MISP échoit à notre syndicat uniquement, ce qui à la fois est une reconnaissance pour le travail accompli ces dernières années mais implique aussi une responsabilité considérable, exclusive, dont nous sommes pleinement conscients ;
- c’est enfin une CAP qui aura à affronter selon toute probabilité un tournant majeur de la vie syndicale et du dialogue social issu de la future loi de transformation de la Fonction publique. Notre avons affirmé notre opposition à ce projet de loi qui va vider de tout sens les CAP. Elles vont devenir des instances disciplinaires et de recours sur certains sujets seulement. Actuellement, les CAP suivent les dossiers individuels des agents pour les mutations, les promotions. Demain, l’agent sera seul face à sa hiérarchie pour traiter ses demandes. Le SMISP réaffirme son rôle de soutien auprès des MISP qui deviendra plus indispensable.
Nous abordons ce nouveau mandat, comme nous l’avons toujours fait, dans un esprit de dialogue constructif, avec l’Administration ; un dialogue empreint de loyauté, de fermeté, de volonté d’aboutir et aussi, nous l’espérons de souplesse et d’esprit créatif pour faire face à tous les enjeux du moment.
A ce titre nous souhaitons attirer votre attention sur plusieurs sujets qui pourraient structurer nos relations pour le mandat de cette CAP :
- Tout d’abord, rappelons l’importance majeure pour nous de voir aboutir le projet d’évolution statutaire inscrivant le HED dans le parcours des MISP. Ensuite, comme nous l’avons déjà souligné il faudra s’intéresser à l’amélioration de la situation des collègues au grade de base afin d’accroître l’attractivité du métier ;
- Plusieurs chantiers importants nous attendent aussi : dans les mois à venir, nous souhaitons pouvoir travailler avec vous sur les modalités de relations et de dialogue entre vous et nous pour s’adapter à la transformation du format et des missions des CAP telle que le projet de loi de transformation de la Fonction publique le prévoit. Il nous semble indispensable de trouver des occasions de rencontre plus fréquentes et plus ouvertes que celles induites par le seul respect des obligations légales ;
- La définition d’un cadre renouvelé de dialogue nous permettra d’avancer ensemble sur une problématique de fond qui est celle de l’adaptation de l’organisation médicale de l’administration de la santé, en raison notamment de la transformation du système de santé et de la baisse tendancielle des effectifs de MISP et plus largement de médecins tout particulièrement dans les ARS. Une reprise de la réflexion sur un corps interministériel de médecins de santé publique pourrait être opportune et cela d’autant plus que dans deux ans sortiront de l’EHESP les premiers internes de santé publique ayant suivi l’option administration de la santé ;
- -Un sujet plus ciblé mais d’acuité croissante est celui de la gestion des fins de carrières des médecins, qui souhaitent pouvoir prolonger dans de bonnes conditions leur activité professionnelle. Au-delà de la seule obtention d’avantages liés au régime de retraite, le sujet est aussi celui de la valorisation de l’expérience de professionnels qui ont accumulé un ensemble de savoirs pratiques qui méritent d’être transmis dans l’intérêt premier de l’Administration.


Brèves

Une nouvelle menace pour la santé publique

mercredi 12 octobre 2016

La nouvelle agence de santé publique ("Santé Publique France") vient de recevoir comme cadeau de naissance... une perte de 5 % de ses moyens financiers et humains pour 2017 alors même que les établissements qu’elle rassemble (INVS, INPES, EPRUS, ADALIS) avaient déjà subi d’importantes baisses de leurs budgets et de leurs effectifs ces dernières années. L’UNSA santé publique et le SNAPA (Syndicat national autonome du personnel des agences sanitaires) dénoncent cette mesure dans un communiqué de presse (lire ici).

Le SMISP-Info N°4 du 15 septembre 2016 est paru

lundi 19 septembre 2016

Au sommaire : "C’est la rentrée" (un point sur nos négociations avec le ministère), le concours de recrutement 2016-2017 de MISP, le DPC, et la prochaine CAP de promotion.
Lire le nouveau SMISP-Info.

Arrêt maladie : obligation de déclaration sous 48 h.

mercredi 8 octobre 2014

Un récent décret, publié au JO du 5 octobre, stipule que les fonctionnaires devront désormais respecter absolument le délai de deux jours pour envoyer à l’administration leur avis d’interruption de travail sous peine de voir leur rémunération amputée.

ANNULATION DU SEMINAIRE DE PRINTEMPS

samedi 2 mai 2009

JPEG - 2.2 ko Trop d’incertitude sur les (in)disponibilités des uns et des autres.... la grippe nouvelle a eu raison du séminaire de printemps du SMISP !

En effet la plupart des MISP sont trés mobilisés pour la veille épidémiologique et l’organisation de la lutte contre une pandémie grippale.
Impossible à ce jour de prédire la suite, mais ça risque de durer....

Le rendez vous des 7 et 8 mai à RENNES est annulé, d’autres modalités d’échanges seront prévues en préparation de notre prochaine échéance : l’assemblée générale du 24 juin 2009 (à retenir absolument dans vos agendas !)
JPEG - 917 octets

Séminaire de Marseille 18 et 19 mai 2007

dimanche 10 juin 2007

Le séminaire exceptionnel de printemps a été riche d’échanges et de découvertes... les documents et la synthèse prochainement sur ce site.

Un rayon de soleil pour patienter !
le SMISP en voyage d'étude devant le port de la quarantaine