DPC POUR LES MISP. Toujours pas de dispositif spécifique.

vendredi 30 novembre 2018
popularité : 91%

Dès fin 2012 – début 2013, le SMISP avait saisi la DRH et fait des propositions pour le DPC des MISP.
Mais plusieurs années plus tard, aucun dispositif support spécifique n’a été mis en place notamment en matière de financement pour cette obligation légale introduite par la loi HPST de 2009.
Alors même que les crédits de formation diminuent d’année en année, une nouvelle menace plane sur le financement du DPC. En effet, l’EHESP, principal offreur de formation pour les MISP, devrait rendre payante ces formations au 1er janvier 2020.
A défaut d’un dispositif stable et suffisant de DPC pour les MISP, il faut donc imaginer que les seuls médecins français qui ne seraient pas en mesure de valider leurs obligations légales soient ceux du ministère de la santé ?
Le SMISP-UNSA a donc saisi une nouvelle fois la ministre (lire la lettre ici).

Lire le dossier DPC sur notre site.


Documents joints

PDF - 264.3 ko

Brèves

L’Ordre des médecins partage les craintes du SMISP

vendredi 3 avril 2015

La crainte du SMISP concernant le respect du secret médical dans les ARS tel qu’il apparaît remis en cause dans la rédaction de l’article 47 du projet de loi relatif à la santé et qui nous avait conduit à adresser, le 18 mars, à Mme Touraine une lettre ouverte (voir l’article ci-contre) semble partager par le CNOM. Réagissant à notre sollictation, ce dernier nous a fait savoir que dès le dépôt du projet de loi en octobre 2014, il avait proposé des amendements visant à maintenir le respect des droits des patients.
Lire la lettre du CNOM.

Utilisation abusive du titre de MISP : la DRH rappelle les textes aux DG d’ARS

mercredi 4 juin 2014

Suites à nos interventions, notamment en CAP, motivées par le constat d’une utilisation quelque peu « extensive » du titre de MISP par quelques « MARS » dans certains ARS, la DRH a opportunément rappelé les textes aux DG dans une lettre en date du 2 mai 2014.
Seuls les médecins remplissant les conditions fixées par les articles 3 et 7 du décret n° 91-1025 du 7 octobre 1991 relatif au statut particulier des MISP peuvent se prévaloir de ce titre.
Cela va mieux en le réaffirmant et nous remercions la DRH pour la prise en compte de notre demande.