EVOLUTION STATUTAIRE. Enfin, un retour de la DRH !

jeudi 22 novembre 2018
popularité : 92%

Fin 2017 – début 2018, à l’issue de plusieurs réunions de travail avec la DRH ministérielle sur l’évolution de notre statut, nous avions pu convaincre notre tutelle de la nécessité de permettre aux MISP l’accès au Hors Echelle D (HED) en créant un échelon spécial. Depuis, nous étions en attente, la DRH répondant à nos sollicitations que le dossier était en négociation avec la fonction publique et Bercy, au niveau du guichet unique. Enfin, après plusieurs mois de silence, les organisations syndicales étaient informées que, lors du Comité technique ministériel (CTM) du 16 octobre 2018, seraient soumis pour avis deux projets de décrets (statutaire et d’évolution indiciaire) et un projet d’arrêté fixant les conditions d’accès à l’HED.
Le projet de décret statutaire prévoyait bien la création d’un échelon spécial HED et nous ne pouvions qu’être satisfaits de cette avancée, depuis longtemps réclamée, apportant enfin une reconnaissance de grand corps technique aux MISP. Toutefois, l’enthousiasme n’était pas de mise car l’HED sera difficilement accessible, contingenté à la fois sur le plan quantitatif et qualitatif, ne reconnaissant pas, en particulier, l’expertise médicale au même rang que les sacro-saintes fonctions managériales. Autant dire que nous sommes loin d’un passage linéaire au HED pour tous les généraux. Par ailleurs, dans ces projets de textes, d’autres propositions apparaissaient soit confuses soit insuffisantes (pas de solution juste et définitive au dossier des anciens MIR et CSZ, pas de valorisation indiciaire des débuts et milieux de carrière pour ne citer que deux exemples). Le SMISP-UNSA a alors adressé à notre ministre une lettre le 8 octobre, en préalable au CTM (lire cette lettre ici). Peu après, l’examen des projets de textes était retiré de l’ordre du jour du CTM. Commençait alors pour nous une nouvelle période d’attente entrecoupée de relances de notre part auprès de la DRH.
Dans le même temps, les pharmaciens inspecteurs de santé publique étaient confrontés à la même problématique et leur syndicat, le SPHISP-UNSA, poursuivait la négociation avec la DRH dans un groupe de travail ad hoc avec des prises de position et des exigences voisines des nôtres. Ils semblent avoir obtenu gain de cause sur certaines de leurs revendications mais n’acceptent toujours pas les conditions très restrictives d’accès à l’HED et la non reconnaissance de l’expertise de haut niveau.
Enfin, le 19 novembre, parvenait aux organisations syndicales membres du CTM, de la part de la DRH, une invitation à une réunion d’un groupe de travail spécifique sur l’évolution statutaire des MISP le 14 décembre. Les discussions vont donc pouvoir reprendre...


Documents joints

PDF - 475.8 ko

Brèves

Une nouvelle menace pour la santé publique

mercredi 12 octobre 2016

La nouvelle agence de santé publique ("Santé Publique France") vient de recevoir comme cadeau de naissance... une perte de 5 % de ses moyens financiers et humains pour 2017 alors même que les établissements qu’elle rassemble (INVS, INPES, EPRUS, ADALIS) avaient déjà subi d’importantes baisses de leurs budgets et de leurs effectifs ces dernières années. L’UNSA santé publique et le SNAPA (Syndicat national autonome du personnel des agences sanitaires) dénoncent cette mesure dans un communiqué de presse (lire ici).

Le SMISP-Info N°4 du 15 septembre 2016 est paru

lundi 19 septembre 2016

Au sommaire : "C’est la rentrée" (un point sur nos négociations avec le ministère), le concours de recrutement 2016-2017 de MISP, le DPC, et la prochaine CAP de promotion.
Lire le nouveau SMISP-Info.

Arrêt maladie : obligation de déclaration sous 48 h.

mercredi 8 octobre 2014

Un récent décret, publié au JO du 5 octobre, stipule que les fonctionnaires devront désormais respecter absolument le délai de deux jours pour envoyer à l’administration leur avis d’interruption de travail sous peine de voir leur rémunération amputée.

ANNULATION DU SEMINAIRE DE PRINTEMPS

samedi 2 mai 2009

JPEG - 2.2 ko Trop d’incertitude sur les (in)disponibilités des uns et des autres.... la grippe nouvelle a eu raison du séminaire de printemps du SMISP !

En effet la plupart des MISP sont trés mobilisés pour la veille épidémiologique et l’organisation de la lutte contre une pandémie grippale.
Impossible à ce jour de prédire la suite, mais ça risque de durer....

Le rendez vous des 7 et 8 mai à RENNES est annulé, d’autres modalités d’échanges seront prévues en préparation de notre prochaine échéance : l’assemblée générale du 24 juin 2009 (à retenir absolument dans vos agendas !)
JPEG - 917 octets

Séminaire de Marseille 18 et 19 mai 2007

dimanche 10 juin 2007

Le séminaire exceptionnel de printemps a été riche d’échanges et de découvertes... les documents et la synthèse prochainement sur ce site.

Un rayon de soleil pour patienter !
le SMISP en voyage d'étude devant le port de la quarantaine