Les Médecins Inspecteurs de Santé Publique : Une conversion identitaire et une transformation de l’action publique dans le champ de la santé

vendredi 7 décembre 2001
popularité : 0%

L’évolution des politiques publiques de santé en France durant le XXème siècle a été marquée au cours de la période récente par une redéfinition du concept de santé publique. Celui-ci recouvre un champ à la fois socio-politique, professionnel et technique. Il traduit autant l’avancée que les limites d’un système de santé dominé par les dispositifs et les techniques de soins. Tant la profession médicale que l’État y jouent un rôle de premier rang. La transformation de l’action publique d’une part, et des pratiques médicales d’autre part en matière de santé a mis en émergence de nouveaux acteurs susceptibles d’influer par leurs capacités stratégiques et leurs formes identitaires sur les changements en cours. Parmi ces acteurs, les médecins inspecteurs de santé publique représentent un groupe professionnel identifiable comme segment particulier de la profession médicale, reconnu comme partenaire potentiel parmi les experts en santé publique, et constitutif d’un corps de fonctionnaires de l’État dont les missions s’exercent dans le cadre des politiques publiques de santé. L’analyse de ce métier, qui constitue l’axe principal de cette recherche, tente d’apporter une réponse à une double question : par quel processus de conversion identitaire un médecin peut-il changer de métier ? et comment l’analyse des caractéristiques d’un acteur à la marge d’un champ donné peut-elle rendre compte des évolutions centrales de ce champ, à savoir, dans le cas présent, la transformation de l’action médicale et de l’action publique en matière de santé ?

Accès au texte intégral
https://pepite-depot.univ-lille.fr/LIBRE/Th_Num/2001/50377-2001-3-4.pdf


Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

L’Ordre des médecins partage les craintes du SMISP

vendredi 3 avril 2015

La crainte du SMISP concernant le respect du secret médical dans les ARS tel qu’il apparaît remis en cause dans la rédaction de l’article 47 du projet de loi relatif à la santé et qui nous avait conduit à adresser, le 18 mars, à Mme Touraine une lettre ouverte (voir l’article ci-contre) semble partager par le CNOM. Réagissant à notre sollictation, ce dernier nous a fait savoir que dès le dépôt du projet de loi en octobre 2014, il avait proposé des amendements visant à maintenir le respect des droits des patients.
Lire la lettre du CNOM.

Utilisation abusive du titre de MISP : la DRH rappelle les textes aux DG d’ARS

mercredi 4 juin 2014

Suites à nos interventions, notamment en CAP, motivées par le constat d’une utilisation quelque peu « extensive » du titre de MISP par quelques « MARS » dans certains ARS, la DRH a opportunément rappelé les textes aux DG dans une lettre en date du 2 mai 2014.
Seuls les médecins remplissant les conditions fixées par les articles 3 et 7 du décret n° 91-1025 du 7 octobre 1991 relatif au statut particulier des MISP peuvent se prévaloir de ce titre.
Cela va mieux en le réaffirmant et nous remercions la DRH pour la prise en compte de notre demande.