Menace sur la formation continue ?

vendredi 6 juillet 2018
popularité : 30%

Un point à l’ordre du jour du Conseil d’administration de l’EHESP du 28 juin 2018 a particulièrement attiré notre attention et celle du Syndicat des Pharmaciens inspecteurs de la santé (SPHISP-UNSA). Il était question, en effet, de débattre et de soumettre au vote la « nouvelle politique tarifaire de la formation continue » qui consisterait à facturer aux employeurs les formations proposées par l’EHESP. Au risque de réduire notablement l’accessibilité des agents de l’Etat à de telles formations, notamment dans le cadre du DPC pour les professionnels de santé.
Lors de la réunion du Comité national de concertation des ARS, le 19 juin, l’UNSA, par la voix du docteur Thierry FOUERE, Président du SMISP-UNSA et membre du Conseil d’Administration de l’EHESP, a fait une déclaration liminaire sur ce point (elle figure ci-dessous) et relayé le courrier adressé le 18 juin 2018 au Secrétariat général des ministères sociaux par le SPHISP-UNSA (lire ici).
« Auparavant, la dotation ministérielle couvrait la gratuité de l’enseignement destiné aux agents de l’état à hauteur de 7 000 jours par an. Depuis le 1er janvier 2018, cette dotation n’est plus versée par la DGS (Direction générale de la santé) mais par la DSS (Direction de la sécurité sociale). La remise en cause de la gratuité de la formation continue entrainerait, en prenant comme exemple la situation des collègues pharmaciens, une tarification de 825 € par semaine et par stagiaire pour la formation statutaire des PHISP. L’UNSA a indiqué que la modification de provenance des fonds de cette dotation ne devait en rien impacter la formation des agents de notre ministère".
Mme Sabine FOURCADE, SG des ministères Sociaux, a répondu qu’elle partageait pleinement la préoccupation de l’UNSA, qu’il ne s’agissait pour elle que d’un problème de tuyauterie budgétaire, et que les coûts à charge des employeurs des agents de l’Etat ne seraient en rien impactés.
Acceptons-en l’augure ! Mais restons vigilants.


Documents joints

PDF - 101.7 ko
PDF - 101.7 ko

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

Concours de MISP 2018.

jeudi 24 mai

Un arrêté daté du 17 mai 2018 fixe, au titre de l’année 2018, le nombre de postes ouverts pour le recrutement de médecins inspecteurs de santé publique à 12 pour le concours externe et à 3 pour le concours interne.

Concours de MISP 2018.

jeudi 22 mars

L’arrêté d’ouverture du concours 2018 externe et interne pour le recrutement de médecins inspecteurs de santé publique vient de paraître au Journal Officiel du 22 mars 2018 (lire ici). L’ouverture des inscriptions est fixée au 3 avril et la date limite d’envoi des dossiers de candidature au 4 mai à minuit. L’épreuve orale d’admission aura lieu le 1er octobre. Curieusement, le nombre de postes offerts aux concours sera fixé... ultérieurement ! Tous renseignements ici sur le site du ministère ou par courriel à l’adresse suivante : drh-concours@sg.social.gouv.fr . Information à diffuser largement auprès des candidats potentiels.

Concours de MISP 2017

jeudi 6 avril 2017

L’arrêté d’ouverture, au titre de l’année 2017, du concours externe et interne pour le recrutement de médecin inspecteurs de santé publique, a été publié au JO du 30 mars 2017 (lireici).
L’ouverture des inscriptions a débuté le 4 avril ; leur clôture a été fixée au 4 mai. L’inscription doit être faite par voie électronique sur le site https://inscription.sante.gouv.fr/inscription/inscription.do .

Promotions confirmées

jeudi 7 avril 2016

La note de service relative aux tableaux d’avancement au grade de médecin général de santé publique et de médecin inspecteur en chef de santé publique au titre de l’année 2016 est parue le 22 mars (lire ici). Pas de surprise : les collègues retenus lors de la CAP ont bien été promus.

Parution le 9 juin 2015 d’une circulaire relative à la composition des instances ordinales siégeant en formation disciplinaire.

jeudi 20 août 2015

Suite à la décision du Conseil constitutionnel n° 2014-457 QPC du 20 mars 2015, les représentants de l’administration devront s’abstenir de siéger au sein des formations disciplinaires des instances ordinales, afin de respecter le principe constitutionnel d’indépendance. Ils pourront toutefois continuer à siéger dans ces instances pour toutes autres matières que disciplinaires. Lire la circulaire.