Rencontre avec le SGMAS le 22 avril 2015

lundi 15 juin 2015
popularité : 91%

Une délégation du SMISP a été reçue le 22 avril dernier par M. Ricordeau, SG des Ministères sociaux, accompagné de M. Blondel, DRH du Ministère. Notre présentation de la situation du corps des MISP s’est voulue précise et objective.
Depuis 5 ans qu’existent les ARS, nous avons fait remonter nombre d’insatisfactions, attirant l’attention successivement sur la souffrance au travail, sur le défaut de concertation, sur les enjeux liés à la sécurité sanitaire, à la prévention, à l’inspection-contrôle, sur l’insuffisance de prise en compte de la santé publique, les ARS étant trop orientées sur la régulation de la dépense hospitalière. Sur le plan de notre métier, nous avons été dévalorisés et souvent écartés des postes à responsabilité. En parallèle, le défaut d’attractivité de notre métier s’est accentué, rendant impossible de compenser les importants départs à la retraite de ces 5 dernières années. Source de malaise supplémentaire, il n’y a plus de responsable de la filière des MISP à l’EHESP et il n’est pas programmé de concours de recrutement cette année. L’absence de concours de recrutement de PhISP et d’IES, dans le même temps, ne peut qu’alimenter une interrogation d’ensemble sur l’avenir de certains corps de fonctionnaires.
Ces données qui proviennent en particulier de vous, MISP en ARS, ont été rappelées à M. Ricordeau et à M. Blondel. Nous avons insisté sur la démobilisation du corps et le fossé qui se crée progressivement avec nos responsables de tout niveau. Nous n’avons pas caché que se posait de plus en plus souvent la question de la mise en extinction du corps des MISP et que nous souhaitions entendre la position de l’administration.
Nos interlocuteurs ont affirmé qu’il n’était pas programmé de tels schémas mais qu’au contraire, les médecins restaient très désirés dans les ARS… Nous avons alors fait remarquer à nos interlocuteurs que la question que nous posions, en tant que syndicat, n’était pas celle d’une présence médicale plus ou moins définie en ARS, mais bien celle de l’existence d’un corps de médecins spécialistes en santé publique, fonctionnaires de l’Etat et ayant, de surcroît une compétence d’inspection et dont les fonctions ne sont pas limitées aux seules ARS. Force a été de constater que formulée ainsi la question n’a pas reçu de réponse tranchée et définitive ... Il nous apparaît évident que des évolutions, peut être majeures, ne sont pas à exclure. C’est ainsi qu’il nous a été proposé un groupe de travail, avec l’accord du Cabinet, afin d’adapter les compétences des MISP aux missions des ARS….Le débat a dès lors porté sur le sens que chacun donnait à ce groupe de travail et les propositions qu’il convenait d’effectuer en conséquence. Il a ainsi été convenu que :
• Le groupe de travail ne pourrait travailler utilement sur des questions statutaires que si au préalable la question de l’avenir du corps était tranchée. Nous avons donc fait la demande ferme qu’une véritable doctrine d’emploi des MISP soit affichée par le Ministère afin de servir de cadrage au groupe de travail.
• Le groupe de travail aurait le mandat d’asseoir une vision globale sur le métier et ses missions, sur le recrutement, sur la formation, sur les parcours professionnels, sur le positionnement statutaire (y compris le règlement de la question des anciens MIR et CSZ), au total sur la carrière globale des MISP.
• Ce groupe de travail réunirait au moins les différentes directions de l’administration centrale (DGS, DGOS, DSS…), les ARS, les principales agences nationales, l’EHESP, SMISP et CFDT pour les organisations syndicales.
• Ce groupe de travail serait mandaté pour 6 à 10 mois, avec une première réunion avant l’été.
L’accord a donc été effectué sur ces bases. Malgré la demande du SMISP de disposer de cette doctrine d’emploi avant le prochain séminaire syndical des 5 et 6 juin, aucun document ne nous était parvenu à cette date !
Nous allons suivre.


Brèves

Journée annuelle de l’AMISP

vendredi 8 juin

L’Association des médecins inspecteurs de santé publique (AMISP) organisera sa journée de formation annuelle le 20 septembre 2018 à Paris, au Ministère des solidarités et de la santé autour de deux thèmes principaux : les données de santé et la place des offreurs de soins dans lé prévention.
Une date à retenir dès à présent. A suivre sur le site de l’AMISP : www.amisp.fr

Enfin, une SGMAS

jeudi 17 mai

Par décret en date du 16 mai 2018, Madame Sabine Fourcade, IGAS, a été nommée secrétaire générale des ministères chargés des affaires sociale (SGMAS). Cette nomination est la bienvenue : voilà en effet plusieurs mois que le poste était vacant ! Elle prendra effet le 22 mai soit le jour de mobilisation des agents de la fonction publique : espérons que ce sera l’occasion de relancer le dialogue social, particulièrement absent ces derniers temps.
Lire la biographie de Mme Fourcade dans le communiqué de l’UNSA cohésion sociale à l’adresse ci-dessous.

Une rencontre sur le NUTRISCORE

mercredi 7 février

Le SMISP ainsi que l’AMISP se sont associés au collectif rassemblé par la Société française de santé publique (SFSP) pour défendre la mise en oeuvre du Nutriscore, outil de santé publique visant à informer le consommateur sur la qualité nutritionnelle des aliments (voir ici). Une rencontre autour du Nutriscore est organisée par Santé publique France et la DGS le jeudi 15 février 2018 de 9 h. 30 à 13 h. 30 au Novotel Paris-Sud Charenton. Renseignements, programme et inscriptions à cette adresse.

Prochaine CAP

mardi 2 janvier

La CAP dite de "promotion" aura lieu le vendredi 4 mai 2018, avec une pré-CAP le vendredi 27 avril.

A vos agendas

mercredi 20 décembre 2017

Dès à présent, retenez la date du vendredi 26 janvier 2018. Ce sera celle de notre séminaire syndical d’hiver à Paris, au ministère. Au programme, en particulier, le projet de praticien de santé publique et la mise à jour de notre doctrine d’emploi.