RIFSEEP pour les MISP : des réponses toujours en attente.

mardi 20 novembre 2018
popularité : 93%

Extrait d’un message adressé par le SMISP-UNSA au DRH ministériel le 14 novembre 2018 :

"Monsieur le DRH ministériel,
Je me permets de revenir vers vous concernant l’instruction sur le RIFSEEP relative aux corps techniques qui ont adhéré au RIFSEEP le 1er juillet 2017.
Je tenais à vous confirmer, suite à nos échanges d’après CNC, que notre syndicat attend avec impatience la parution de cette instruction qui définira les socles réglementaires pour l’IFSE et les montants de valorisation des différents événements de carrière.
Cette instruction étant parue pour les corps administratifs, nous comprendrions mal qu’aucune instruction ne vienne préciser les, modalités de mise en place du RIFSEEP pour les corps techniques et notamment pour le corps des MISP.
Je tenais à vous rappeler, à nouveau, que certains grades des corps techniques et notamment du corps des MISP ont été injustement plafonnés lorsque l’ancien régime indemnitaire était en cours pénalisant un certain nombre de collègues dans leur évolution indemnitaire et que rien ne s’opposerait maintenant à un rattrapage indemnitaire pour les collègues des grades concernés par rapport aux collègues des grades qui n’ont pas subi ces plafonnements.
Cet argument avait d’ailleurs été avancé par l’administration pour motiver la mise en place du RIFSEEP.
Nous prenons donc au mot l’administration sur ce dossier puisque cela est maintenant rendu possible étant donné que les plafonds des IFSE de chaque groupe de fonction sont fixés à des niveaux hauts ce qui laisse donc une marge certaine pour un rattrapage indemnitaire avec rétroactivité à l’égard des collègues de ces corps."


Brèves

L’Ordre des médecins partage les craintes du SMISP

vendredi 3 avril 2015

La crainte du SMISP concernant le respect du secret médical dans les ARS tel qu’il apparaît remis en cause dans la rédaction de l’article 47 du projet de loi relatif à la santé et qui nous avait conduit à adresser, le 18 mars, à Mme Touraine une lettre ouverte (voir l’article ci-contre) semble partager par le CNOM. Réagissant à notre sollictation, ce dernier nous a fait savoir que dès le dépôt du projet de loi en octobre 2014, il avait proposé des amendements visant à maintenir le respect des droits des patients.
Lire la lettre du CNOM.

Utilisation abusive du titre de MISP : la DRH rappelle les textes aux DG d’ARS

mercredi 4 juin 2014

Suites à nos interventions, notamment en CAP, motivées par le constat d’une utilisation quelque peu « extensive » du titre de MISP par quelques « MARS » dans certains ARS, la DRH a opportunément rappelé les textes aux DG dans une lettre en date du 2 mai 2014.
Seuls les médecins remplissant les conditions fixées par les articles 3 et 7 du décret n° 91-1025 du 7 octobre 1991 relatif au statut particulier des MISP peuvent se prévaloir de ce titre.
Cela va mieux en le réaffirmant et nous remercions la DRH pour la prise en compte de notre demande.